Une danseuse portant les chaussures #Choose by Éram
Back

La garde-robe 2.0 : ÉRAM

Des manteaux connectés pour rester au chaud, des chaussettes pour interrompre votre série lorsque vous dormez, des gants pour traduire le langage des signes, des t-shirts pour adopter une bonne posture… Aujourd’hui, le numérique a investi le secteur de la mode et du prêt-à-porter. Désormais, tout ce que l’on porte peut être connecté.

L’ère de la garde-robe 2.0 est en marche. Après le succès des montres connectées et des trackers d’activité, le marché du Smart Wear prend de l’ampleur et ne s’étend plus qu’aux accessoires ou aux équipements sportifs mais aussi aux vêtements grand public. Selon le cabinet ABI Research, le marché du vêtement intelligent devrait compter jusqu’à 18 millions de livraisons par an jusqu’en 2021, avec un taux de croissance annuel de 48%.

 

Les wearables : ces vêtements et accessoires utiles

Grâce à ces textiles intelligents, les produits deviennent de plus en plus communicants et les usages se multiplient : bien-être et divertissement, fitness, traitement des maladies chroniques, télésurveillance des personnes à risque, activité physique, etc… Au carrefour de plusieurs filières, les enjeux sont nombreux : maturité des technologies, miniaturisation nécessaire de l’électronique, aspects réglementaires et normatifs, compatibilité des procédés de fabrication. Le champ des possibles est immense. Le plus grand défi pour les fabricants de vêtements connectés, est de proposer des vêtements intelligents pratiques, durables et à la mode, afin que les consommateurs soient prêts à y mettre le prix. C’est pour cette raison que les wearables sont des vêtements et des accessoires utilitaires et peu envahissants, capables de réagir et de s’adapter à leur environnement grâce à une technologie discrète et miniaturisée. Ils permettent notamment à l’utilisateur de mesurer sa performance, d’accroître son confort, ou encore d’améliorer sa sécurité.

 

Le Smart Wear, en France

L’Europe aura été l’une des premières à parier sur cette technologie, lorsqu’en 2005, Bruxelles finance Biotex, un programme de recherche visant à élaborer des textiles connectés grâce à des capteurs biochimiques pour un suivi de personnes à la santé fragile.

Les français ne sont pas en reste, de nombreuses start-up et entreprises se sont lancées dans ce marché innovant. Du 6 au 9 janvier 2017, lors du CES de Las Vegas, la French Tech était à l’honneur et un salon était entièrement dédié, à la technologie wearables. Parmi les présents, la start-up FeetMe qui développe des semelles connectées et des interfaces intuitives facilitant la collecte de données et les analyses en situation réelle. Grâce à ces semelles, FeetMe ouvre de nombreuses possibilités dans la prévention des pathologies liées à la marche ou la course, l’amélioration de la performance et la rééducation des patients en cabinet et à domicile.

Les jeans connectés, made in Mulhouse de la start-up Spinali étaient également présentées. Équipé de deux capteurs vibrants au niveau de la ceinture et connecté à votre Smartphone par Bluetooth, ce jean aux caractéristiques surprenantes vous offre de nouvelles fonctionnalités, s’intégrant parfaitement à votre quotidien. La fonction de géolocalisation par exemple, vous permet de vous guider lorsque vous vous déplacez grâce à des vibrations du côté droit ou gauche de votre jean.

 

Le Groupe Eram, un exemple dans le wearables en France

Dans le cadre du World Electronics Forum (WEF), à Angers, les fédérations et les industries de l’électronique du monde entier, découvriront le jeudi 26 octobre, sous forme de Learning Expeditions, ce qui se fait en matière de Smart Wear, en France et plus particulièrement aux alentours d’Angers. Le Groupe ÉRAM les accueillera au sein de leur siège social, à Saint Pierre Montlimart ; l’occasion pour le Groupe de confirmer son avance dans le Smart Wear et de présenter ses trois innovations.

#CHOOSE BY ÉRAM, la chaussure connectée et personnalisable

Pour ses 90 ans, ÉRAM se positionne encore et toujours dans l’innovation. Après avoir proposé à ses clients de créer en 3D leurs propres talons sur-mesure, la marque de chaussures française va plus loin dans son concept de personnalisation en étant la première à proposer une chaussure connectée dont la tige (partie extérieure recouvrant le pied) et non la semelle, change de couleur instantanément, grâce à une application smartphone.

Les chaussures : des sneakers blanches, intègrent sur la tige une bande de fibre optique développée par la société lyonnaise BROCHIER TECHNOLOGIES, tissée et reliée à une LED multicolore. Cette dernière est alimentée par un module électronique dissimulé dans la semelle, communiquant en Bluetooth avec un smartphone. L’application associée, développée par PHOCEIS, offre plusieurs fonctionnalités permettant de varier la couleur de vos chaussures selon vos envies :

  • un nuancier pour choisir votre couleur.
  • l’appareil photo de votre smartphone pour capturer la couleur souhaitée et adapter ainsi la couleur de vos chaussures à celle de votre pull, de votre vernis ou de tout ce que vous voulez.
  • le mode musical pour adapter le changement de couleurs au rythme de votre musique.

Une innovation qui a rassemblé des talents aux quatre coins de la France pour un produit Made In Pays de la Loire : l’industrialisation a été faite en partenariat avec le bureau d’étude de Combrée (49) du groupe ÉOLANE pour la partie Recherche & Développement, et avec LA CITÉ DE L’OBJET CONNECTÉ à Angers (49) pour la partie prototypage et fabrication électronique. L’intégration du module électronique et la fabrication de la chaussure a, elle, été faite dans l’atelier ÉRAM de Montjean-sur-Loire (49).

Produite en 150 exemplaires, cette paire de chaussures connectée sera vendu à 289€ dans le magasin ÉRAM de Paris Forum des Halles et sur l’e-shop eram.fr.

E.VONE : La chaussure connectée qui aime les seniors libres

E.vone est la première chaussure connectée pour les seniors en perte d’autonomie. En cas de chute suivie d’une immobilité du porteur, à l’intérieur comme à l’extérieur, la chaussure déclenche automatiquement une alarme auprès de la chaîne de solidarité préalablement définie. Au cœur de la semelle, un dispositif électronique innovant capte les mouvements de la personne. En cas de situations anormales, par exemple une chute, le système envoie automatiquement et en toute autonomie un message d’alerte aux proches (famille, amis, service d’urgence) avec une géolocalisation ultra-précise. Ce dispositif comporte un GSM (pour communiquer de façon autonome dans plus de 120 pays), un GPS (pour la géo-localisation) et différents capteurs de mouvements (gyroscope, accéléromètre, capteur de pression). Enfin le produit contient un vibreur pour informer et rassurer le porteur. Cette paire de chaussures connectée made in Pays de la Loire, a été créée par les équipe de Recherche & Développement et de design d’E.vone et fabriquée dans leur usine, à Jarzé (49). Outre l’innovation embarquée qui doit favoriser l’autonomie à domicile, le design a été particulièrement travaillé par les équipes à travers une collection de 26 modèles.

IZOME : première chaussure de sécurité connectée

PARADE, leader français de la chaussure de sécurité, lance Izome, la première chaussure de sécurité connectée, avec le plus haut niveau de sécurité du marché. Depuis deux ans, Izome évolue dans un environnement digital et innove en collaboration avec les utilisateurs afin de proposer les chaussures les plus sécurisantes et les plus confortables, celles qui nous protégeront demain au travail. La mission d’Izome est claire : passer de travailleur à travailleur connecté, de la sécurité passive à la sécurité active. Pour cela Nov’in, société française, s’associe à cette démarche pour intégrer la technologie DATI dans la chaussure de sécurité. Izome s’associe également avec WE Network pour être accompagné dans la réalisation d’une chaussure de sécurité GEOFENCING (balisage de zones de dangers).

 

Retrouvez l’interview de Renaud Montin, directeur marketing et digital d’Éram sur #Choose, la basket connectée d’Éram, qui change de couleur, du samedi 9 septembre 2017, présenté par Karine Vergniol, sur BFM Business.

#WEFAngers
24-28.10.17